MENU

Le petit Viet Nam, un cocon communautaire

Une vie à l'écart

Les premières années, en-dehors des emplois saisonniers dans les champs ou dans les conserveries locales, les habitants du CARI vivent entre eux, sans guère de relations avec ce qu’ils appellent « la ville ». Ils ont peu à peu réorganisé une vie qui leur est propre et, malgré les contraintes administratives, ils perpétuent certains traits de leur culture comme, par exemple une alimentation à la vietnamienne, la pratique de la langue d’origine, la célébration des fêtes traditionnelles ou des pratiques religieuses spécifiques. Autant de choses qui, ajoutées à la mise à l’écart physique et aux difficultés linguistiques (surtout pour les adultes) freinent voire empêchent les contacts avec la population locale.

En effet, « en ville », les habitants ont découvert, derrière des patronymes pourtant bien familiers (Cazes, Claverie, Jouhandeau, Merlet, Fernand, etc.) des Français aux visages et à l’allure bien différents de ce qu’ils imaginaient. Ils ne s’attendaient pas à voir arriver des femmes en tenues traditionnelles : pantalons larges, tuniques et bandeaux, aux traits asiatiques, aux dents parfois laquées de noir et parlant une langue aux consonances étranges.

Pour la population locale, le CARI est rapidement devenu le « camp des Chinois », appellation forte qui s’est imposée de par la distance géographique, culturelle et sociale et qui a très longtemps perduré. Pour les rapatriés d’Indochine ce cadre particulier, et notamment la tutelle administrative, a favorisé pendant de nombreuses années, un mode de relation particulier à la société française, dans la continuité du rapport de subordination existant du temps de l’Indochine, où le pouvoir était dévolu davantage aux Européens qu’aux autochtones.

Logés gratuitement, ils bénéficient de l’allocation vieillesse classique, de l’aide aux infirmes s’ils sont inaptes au travail, ce qui est le cas certains d’entre eux. Outre la distribution gracieuse de charbon, le ministère des Rapatriés attribue une prime de 120 francs par mois aux familles ayant un enfant de moins de 14 ans à charge, prime qui est suspendue quand le(s) parent(s) trouve(nt) un emploi.

Dans les bagages des rapatriés

Au moment de l’exode certaines familles ont glissé dans leurs malles des produits et ustensiles de cuisine, bonbonnes de nuoc-mâm, paniers pour laver le riz, meules pour fabriquer les galettes, pilons, faitouts. Dans les bagages aussi des graines qui parfument, qui nourrissent ou qui soignent, la garantie de retrouver les supports de la cuisine traditionnelle.

Le concombre amer efficace contre les maladies de peau, le titôt aux feuilles vertes et rouges cicatrisant les plaies et soulageant les maux de tête, le piment, le chou chinois, les haricots-baguette, le kinh-gioi, le maïs blanc, le liseron d’eau, l’aubergine violette ont donné aux jardins individuels un aspect exotique.

A partir des graines rapportées au CAFI, une production agricole s’est développée. Aujourd’hui le Lot-et-Garonne est devenu un important producteur de légumes et de plantes d’origine asiatique.

Le goût unique de la cuisine asiatique du Lot-et-Garonne

Mais si les femmes tentent de maintenir le mode alimentaire traditionnel, il leur faut composer avec l’absence de certains produits en leur trouvant sur place des expédients. Ainsi, la soupe vietnamienne et la brioche à la vapeur farcie de viande ont un goût unique à Sainte-Livrade, résultat de l’adaptation au terroir.



 


 

  • diapo 1
  • diapo 2
  • diapo 3
  • diapo 4
  • diapo 5
  • diapo 6
  • diapo 7
  • diapo 8
  • diapo 9
  • diapo 10

Les conditions de vie

Pour la grande majorité des familles, la venue en France est synonyme de dépaysement et surtout de déclassement social. En plus du climat bien différent de celui du Viêt Nam, l’installation dans le cadre rural livradais fut un choc pour ces familles urbaines, la plupart vivant à Hanoï, souvent dans des maisons spacieuses, avec une domesticité plus ou moins importante selon les situations, mais bien présente pour la plupart.

Le centre d’accueil étant conçu pour être provisoire, les conditions de vie faites aux familles n’ont pas dépassé un niveau minimum de confort. Les baraquements militaires ont bien été divisés en logements familiaux, avec cuisine, mobilier, matériel de cuisine, accessoires de chauffage, mais guère au-delà. Les « appartements » sont exigus pour des familles parfois très nombreuses, les sanitaires sont longtemps restés « d’origine » : toilettes « à la turque » à l’extérieur, pas de salle de bain. Les rongeurs et les insectes font vite leur apparition, les rats prolifèrent sous les planchers. A certaines périodes, les analyses révèlent une eau non-potable qui doit être bouillie avant d’être consommée.

Dans les années 1950, ces conditions de vie n’étaient pas si éloignées de celles de la plupart des Français de métropole. Mais au CAFI elles n’évolueront que très peu, malgré les aménagements réalisés par les résidents eux-mêmes ou les travaux d’urgence plusieurs fois entrepris par les ministères ou la municipalité. En 1976, deux tonnes de peinture ont été fournies gratuitement aux résidents qui désirent repeindre leurs logements.

Vie de quartier et voisinage dans la cité d’accueil

Après le traumatisme de la guerre et du rapatriement en France, la vie s’installe peu à peu dans les baraquements. Les relations sociales se reconstruisent dans les familles, avec les voisins, dans diverses activités. Au sein même du camp, on observe les relations entraînant une certaine mobilité au niveau de l’habitat. Si l’administration a attribué de façon aléatoire les logements, rapidement certains logements et certaines parties du camp sont plus prisés que d’autres. Les raisons invoquées peuvent être d’ordre matériel comme par exemple, un logement mieux orienté, avec plus d’espace ou encore avec un terrain adjacent. Mais elles sont aussi souvent d’ordre social, certaines familles étant perçues comme « fréquentables », et d’autres, « à éviter » de par le statut social d’origine, une appartenance ethnique, un comportement (alcool, violence) ; des différences qui entrainent parfois des relations de voisinage difficiles, voire conflictuelles. Et lorsqu’une famille quitte un logement pour s’installer à l’extérieur, il est fréquent qu’une autre demande à occuper ce logement jugé plus spacieux ou dans un voisinage plus apprécié.

Les enfants, nombreux, jouent souvent à l’extérieur devant les logements et sur la grande place centrale à des jeux appris au Viêt Nam comme le cerf-volant, les combats de criquets, le Da Cau, jeu de volant qui rappelle le badminton mais se joue au pied, ou, plus familiers, les billes et le foot. Certains vont au centre aéré de la ville, d’autres intègrent des équipes de scouts ou de jeannettes ou profitent des colonies de vacances sous l’égide de la fédération des œuvres laïques.
Dans les années 60-70, l’été, quand ils ne travaillent pas dans les champs, les plus grands se retrouvent au bord du Lot, jouent de la guitare ou écoutent sur l’herbe de la place centrale les derniers « hits » du moment sur le poste à transistor.

Au milieu des années soixante des éducateurs sportifs sont recrutés par l’administration. Le centre dispose de quelques équipements sportifs. L’achat du moindre ballon (comme celui des cadeaux et décorations pour les fêtes de Noël) suppose une autorisation délivrée par l’administration de tutelle. Le Livradais est terre de rugby et si quelques jeunes du CAFI se sont intéressés au ballon ovale, ils préfèrent généralement le ballon rond. Dans les années 1970, sur les onze joueurs de l’équipe livradaise, huit sont des jeunes du CAFI. Un temps, l’entraineur sera l’un des « pères » de famille du centre et il fut même question, à un moment, de monter une équipe spécifique au CAFI, une initiative qui n’aboutira pas.


D’un camp, l’autre : l’intégration par le scoutisme

Le scoutisme fut une activité proposée aux filles et aux garçons du CARI pour découvrir un environnement qui leur était peu familier et s’y intégrer. Dès la fin 1956, les scouts s’installent au CARI, dans un local attenant à la chapelle. Un petit groupe de garçons rejoint la patrouille livradaise des « Coqs » et deux nouvelles patrouilles « les écureuils » et les « aigles », sont créées, entièrement composées d’enfants rapatriés. Contrairement aux principes du scoutisme, d’obédience catholique, le recrutement au CARI se fait sans tenir compte de la confession des enfants. Par le scoutisme, les enfants du CARI découvrent la région et côtoient les autres enfants au cours des sorties hebdomadaires et des camps de vacances.

Demande d'utilisation du stade par une équipe de football issue du CAFI

Conseil municipal du 15 septembre 1976
Mr le maire donne lecture d'une lettre émanant de la MJC de Sainte-Livrade (située au Cafi), demandant l'utilisation d'un terrain , les mercredis et samedis, pour l'entrainement d'une équipe de football formée en grande partie par des jeunes habitant le centre d'accueil, qui se sont désolidarisés de l'équipe de l'ASL.

Mr Borderie pense que la commune n peut accepter toutes les demandes de nouvelles sociétés qui la mettent devant le fait accompli. Où irait-on si toutes les sociétés de la ville se divisaient et exigeaient des locaux ou des terrains correspondant à leurs activités ?
Un autre conseiller déclare que pendant de nombreuses années, une bonne ambiance régnait au sein du club, personne à ce jour n'est capable de dire pour quel motif profond cette décision de retrait a été prise par les joueurs qui ne veulent plus faire partie du club existant.

19 octobre 1976 (suite de la scission de l'équipe de foot)

Mr le maire rend compte au conseil, qu'à la suite d’une réunion qui a eu lieu au Cafi, une entente entre les deux équipes n'a pu être réalisée, les uns et les autres restant sur leurs positions. Les jeunes du Cafi ont accepté de passer des accords avec les jeunes de Casseneuil. Cette commune les a autorisés à jouer sur son stade.


Relations entre Livradais et rapatriés d'Indochine

Dans la mémoire des Livradais, les représentations des rapatriés d’Indochine sont globalement positives. Dans la presse, on parle « d’une population calme, travailleuse, et pittoresque, les Livradais décrivent poétiquement l’éclosion des larges chapeaux coniques dans les champs ».
Ce sont davantage les femmes que les hommes qui ont marqué les esprits. L’image dominante reste celle des femmes dans les champs ou au marché. Les éloges sont unanimes pour ces femmes considérées comme très courageuses dans leur rôle de mères, souvent seules et chargées d’enfants, ne rechignant pas à la tâche et toujours qualifiées de très habiles dans leur travail de cueillette. La cuisine a également œuvré pour une perception positive de cette population. Très tôt, les Livradais ont apprécié certains des plats vietnamiens proposés par les commerçants du centre ou les femmes qui vendaient à domicile.
Les enfants et les jeunes renvoient aussi à des souvenirs et une image généralement positifs : « ils se faisaient tout petits. Ils n’étaient pas envahissants. Ils venaient faire les commissions et ils rentraient chez eux. Même à l’école, ils étaient studieux, c’était les tout premiers ».

Mais longtemps, et parfois encore, le CAFI, c’était le « camp des Chinois, là-bas… ». Un lieu à part, éloigné de la ville, où l’on allait rarement les premières années. Les femmes indochinoise ont pu inspirer une certaine crainte : « j’avais peur de ces femmes. Elles ont les ongles longs et un long chapeau. Elles me font peur ! Moi, je n’allais jamais au camp ! ». Les Livradais se souviennent aussi de leur étonnement devant certaines coutumes. Dans les premières années ils n’ont eu qu’une perception lointaine et floue de ce qui se passait les jours de fête : « on entend leurs pétards au Nouvel An chinois, les tambours ». Certains exploitants agricoles se souviennent aussi de leur agacement à voir les troncs des pruniers « épluchés » par les femmes qui, pour composer leurs chiques de bétel, élément important de sociabilité vietnamienne, avaient trouvé sur les pruniers d’Ente un substitut à la racine d’artocarpus inexistante en France.

Les souvenirs négatifs ayant trait à cette population sont rarement évoqués mais existent. Un Livradais se rappelle des jeunes du camp comme : « de grands bagarreurs. A l’école, on les ressentait plus forts que les Algériens ! C’est eux qui menaient la danse. Ils se donnaient rendez-vous à la sortie du lycée et ils se foutaient dessus ». « Il y avait une telle haine, à un moment donné, il ne fallait plus espérer quoi que ce soit, malgré que, une fois qu'on se retrouvait sur le terrain de foot, on était les meilleurs ! Sans eux l'équipe de foot ne pouvait pas marcher ! Après le départ d’une partie des jeunes générations vers d’autres horizons, la situation s’est détendue et peu de gens se souviennent que, dans les années 1960, la presse locale, s’inquiétant des attitudes rebelles de certains des fils de rapatriés, les avaient qualifiés de « Blousons jaunes », adaptation locale des « Blousons noirs » des banlieues. Ces souvenirs négatifs sont le plus souvent passés sous silence ou au mieux minimisés tels les conflits entre jeunes du camp et de la ville qui ont défrayé la chronique locale en 1968, et qui sont généralement renvoyés à de simples « bêtises, des histoires entre jeunes pour des filles ».

Les rapatriés d’Indochine eux-aussi avaient leur propre perception des populations locales. Les Livradais symbolisaient « la France » et l’image de ces Français n’était pas toujours positive. A leur arrivée, l’impression générale a été celle d’un accueil peu chaleureux et d’un mépris, d’une relégation de la part des Français. Les mères ne souhaitaient pas pour leurs fils une femme française, la Vietnamienne paraissant meilleure épouse, mère plus attentive. Cependant les mariages mixtes facilitaient l’intégration.

Avec le temps et les rapprochements les perceptions changent: «Avant, on disait le camp des Chinois mais depuis que j’y ai travaillé, je dis le CAFI » dit un artisan livradais. Il fallut des décennies avant que le défilé joyeux et bruyant de la licorne du Nouvel An sorte du CAFI, sillonne les rues de la ville et reçoive les offrandes des commerçants qui apprécient généralement cette animation annuelle.


 

L’intégration

Si la plupart des enfants de rapatriés ont quitté la région, certains se sont installés à Saint-Livrade et dans les environs. Les associations qu’ils ont créées, les activités sportives, celles de la MJC ont été les premiers facteurs d’intégration, avec le soutien de l’administration, de la Cimade, et des travailleurs sociaux. Cette seconde génération est aujourd’hui active dans les associations locales, le secteur économique (entreprises, commerces, restauration, professions libérales) et la vie municipale.

 

Les mariages : une forte tendance à la mixité matrimoniale

Au CAFI, la composition des familles reflète la diversité des situations matrimoniales de l’Indochine coloniale : les unions mixtes (mariages ou concubinages) sont fréquents, la femme étant généralement une Indochinoise et son conjoint un Français, un eurasien ou un soldat issu d’autres colonies françaises (Algérie, Afrique subsaharienne). Si, pour la majorité, les unions suivent les règles françaises de la monogamie, il existe une petite exception pour quelques familles, d’appartenance Hmong notamment, où deux « épouses » se partageaient le même homme, l’une considérée comme légitime.

Comme dans toute migration, au début de leur installation, des couples se formèrent au sein même du camp. Mais plus rapidement que pour d’autres populations installées dans la région, la mixité constitua la tendance constante des mariages pour les enfants de rapatriés d’Indochine. A Sainte-Livrade, terre de migration, les liens se créent entre population d’origines variées : Italiens, Espagnols, Français d’Algérie, Polonais… etc. Une exception à noter cependant, celle des unions avec les fils, filles de harkis qui sont très peu nombreuses. En savoir plus : Annexe : les mariages


Le travail

Si à certains moments, les rapatriés d’Indochine ont fait l’objet de représentations négatives, il ne semble pas y avoir eu d’attitudes de rejet dans le cadre du travail.
Sans moyen de transport, ils n’eurent d’autre choix d’insertion économique que les activités locales, dans des emplois éloignés de leurs occupations antérieures. La déqualification fut particulièrement importante, surtout pour les hommes. Petits fonctionnaires coloniaux dans la police ou militaires dans l’armée française au Viêt Nam ils ne retrouvèrent pas en France ce statut, tel cet ancien policier devenu ouvrier dans une entreprise de cagettes pour fruits et légumes. Les rapatriées refusèrent quant à elles tout travail de « gens de maison ».

Le bassin d’emploi étant restreint, surtout agricole, c’est d’abord dans ce secteur que les résidents du CAFI trouvèrent du travail dans le maraîchage et les conserveries locales.

Les femmes, et les adolescents pendant les vacances scolaires, constituèrent une réserve de main-d’œuvre agricole particulièrement intéressante, d’une grande opportunité même pour les exploitants agricoles locaux, les conserveries comme la COPLOT et les petites entreprises dérivées de l’agro-alimentaire (fabrique de cagettes par exemple). Habitant à Sainte-Livrade, citoyens français, ils présentaient une alternative avantageuse face aux immigrés saisonniers qu’il fallait recruter au loin et généralement loger sur place (la concurrence fut cependant rude en 1967 avec l’arrivée d’une main-d’œuvre étrangère moins onéreuse, pour la plupart des Portugais). L’été était rythmé par les allers et retours des camionnettes des agriculteurs à l’entrée des camps, soit pour transporter les travailleuses des champs et les adolescents, soit pour apporter et reprendre les grands sacs de haricots verts que petits et grands équeutaient en famille, sur le pas de la porte. Pour la plupart des habitants, le souvenir de cette période est encore vif : « On travaillait beaucoup en saisonniers l’été. C’est vrai qu’on était vaillants et tout le monde travaillait, des petits jusqu’aux grands ! » . « On était gamines, on travaillait aux champs quinze heures par jour jusqu’à la nuit tombée pour avoir de l’argent. On n’avait jamais droit de vacances. On allait cueillir des tomates, ramasser des fraises, cueillir des haricots. On travaillait comme ça pour gagner des thunes. On bossait dur, et à la rentrée, on ne demandait jamais de l’argent à nos mères. On achetait nos cartables, tabliers, fournitures, cahiers. Tout ça c’était avec notre argent et on allait à l’école. Nous, on gagnait notre argent, on était fiers !» 

Cette main-d’œuvre peu qualifiée contribua pendant plus d’une vingtaine d’années à la prospérité des agriculteurs et des entreprises agro-alimentaires locales. Un ancien cadre de la COPLOT estimait que dans les années 1970, près d’une trentaine de femmes du CAFI étaient employées sur les chaînes de triage de la conserverie. Le réservoir de cette main-d’œuvre s’épuisa à la retraite des parents et quand leurs enfants quittèrent la région pour trouver, dans les grandes villes, des emplois correspondant à leurs compétences acquises en France. Peu continuèrent dans l’agriculture, la plupart préférant aller en ville exercer des métiers dans l’enseignement, la médecine, l’armée, etc. Seul un descendant de rapatriés d’Indochine s’est installé comme maraîcher en légumes exotiques dans un canton voisin.

 
 

L’usine au sein du camp

En-dehors du secteur agricole, deux initiatives témoignent aussi de la volonté de rapprocher les populations indochinoises et européennes par le travail.
En premier lieu, en 1956, la recommandation d’employer « au moins un Indochinois » dans les entreprises locales. Une mesure qui semble avoir été appréciée et a favorisé les contacts comme l’évoque cet homme à propos des Indochinois dans l’entreprise de construction où il travaillait: « Delbigot avait employé ces gens comme magasiniers. Je les ai côtoyés, je suis allé chez eux. Je me souviens du magasinier. Il s’est intégré très vite. C’était des gens d’une courtoisie ! On sympathisait vite ».

En 1966, sous l’impulsion du médecin du dispensaire, le Docteur Daoulas, l’usine de chaussures Housty de Miramont-de-Guyenne installa un atelier de montage de chaussures dans les salles de classes désaffectées du CAFI. Un second atelier ouvrit en 1973. Cette activité concernait 85 personnes, dont 30% d’Eurasiens (en 1972 on reproche cependant à l’établissement de ne pas faire travailler les effectifs de rapatriés prévus). Cette répartition permit la cohabitation par le travail des Indochinoises et des Européennes (les femmes y étaient en très forte proportion). L’atelier fonctionna sur ce modèle pendant une dizaine d’années puis disparut dans la tourmente économique en 1976. Un courrier du 23 mars annonce la fermeture de l’atelier pour revers commerciaux et nécessité de restructuration.

Toutefois, ces initiatives ne doivent pas cacher des difficultés, des échecs même, devant certaines propositions de travail. La confection de tresses, la broderie ou le paillage par exemple n’eurent guère de succès du fait de conditions de travail et de rémunération peu satisfaisantes. A ces causes matérielles, s’ajoute la déqualification importante subie par certains rapatriés qui n’acceptent pas les travaux manuels alors qu’en Indochine ils occupaient des emplois de maitrise. Les femmes n’acceptaient pas non plus les emplois de gens de maison.

Et l’on note des pratiques de cloisonnement dans le travail à partir du critère ethnique. Les exploitants agricoles, par exemple, ne faisaient pas travailler dans le même espace les femmes du camp de Bias (occupé par les Harkis) et celles de Sainte-Livrade. De la même manière, il ne semble pas qu’elles aient travaillé avec des saisonniers français. Une Eurasienne, adolescente dans les années 1970 se souvient : «  J’avais commencé à travailler dans les champs, à 14-15 ans. On travaillait entre nous, que les jeunes du camp et ma mère ou d’autres mamies. Il n’y avait que l’agriculteur. On n’était pas en contact avec d’autres Français. Ma mère dit qu’à l’époque les Français ne travaillaient pas comme nous… ».

Ce cloisonnement ne se limitait pas aux travaux des champs. A l’usine de chaussures du CAFI, d’anciens ouvriers évoquent la répartition dans deux ateliers distincts des résidents du CAFI et des employés des environs. Certains évoquent même des cadences et rémunérations différentes.

D’autres projets d’activités n’ont pas ou peu eu de résultats.

- Très tôt de nombreuses démarches sont entreprises pour former les rapatriés et leur offrir du travail. Issu de l’administration, M. Jacques Rouleau prospecte dans tout le Sud-Ouest. Il signale le manque de formation des rapatriés, la compétition avec la population locale, l’éloignement des grands centres urbains (Bordeaux, Toulouse). On envisage ainsi de créer des centres de formation pour adultes à proximité du centre. Un projet de formation en sténodactylo est abandonné.
- En 1958, au sein de l’Amicale des Français Rapatriés d’Indochine  on envisage de financer la création d’une usine de fabrication de jouets.
- En 1966 la Maison Lauterboug (Alsace) installe une chaine de fabrication de tapis et emploie 15 rapatriés. L’activité cessera rapidement en raison d’impondérables commerciaux.
- En 1969, 6 à 8 femmes travaillent pour un atelier de confection de siège en paille.
- En 1976, suite à la fermeture des ateliers de l’usine Housty des contacts très avancés avec la société UNITEX (chemises tricotées, Hongkong) n’ont finalement pas abouti.

A la conserverie, la COPLOT, la direction a essayé de ne pas constituer de groupes de travail fondés sur l’origine nationale ou ethnique. Mais dans les faits, ils existaient bien et concernaient les différents groupes. Selon un ancien cadre « Il fallait être assis, trier la tomate, trier les haricots verts, donc, ça convenait aux mémés (du CAFI), ça convenait aux gens d’un certain âge. Les Espagnols travaillaient quant à eux en famille ».
Il est difficile de démêler aujourd’hui les causes d’une telle séparation. Mais si la séparation ethnique peut être imposée par le patron pour des raisons pratiques, – de langue, de méthode de travail variant selon les groupes ou de compatibilité entre eux –, elle peut également venir des membres mêmes du groupe qui estiment que l’entre soi facilite la compréhension pratique (la langue) et culturelle.

La référence au CAFI peut aussi jouer dans les stratégies professionnelles locales. Certains emplois sont attribués à des personnes en fonction de leur compétence propre mais aussi du fait de leur particularité ethnique, des liens avec leur collectivité d’origine et de la connaissance de la langue. C’est le cas d’un fils de rapatrié d’Indochine, chargé de l’entretien du CAFI, d’un infirmier eurasien, ou d’une aide-soignante, issue du CAFI, employée à la maison de retraite et en partie détachée aux soins à domicile des personnes âgées du CAFI.
Mais la région offrant peu de débouchés professionnels, la majorité des jeunes générations est rapidement partie vers les grandes villes (Bordeaux, Toulouse ou Paris).

Les commerces

Comme tous les Livradais, les résidents de CAFI pouvaient s’approvisionner dans les commerces du village. Des transports collectifs ont d’ailleurs été mis en place les jours de marché. Les livradais se souviennent de ces femmes en tunique et chapeau conique, tâtant les fruits et légumes, les choisissant soigneusement et s’exprimant par une gestuelle inattendue lorsqu’elles ne maîtrisaient pas assez le français, comme par exemple pour faire comprendre au boucher qu’elles souhaitaient acheter de la queue de porc.

Mais très rapidement le commerce se développe au CAFI. Peu après l’ouverture du camp, une épicerie tenue par M. et Mme. Hénon ouvre face à l’entrée du centre. Et l’arrivée des rapatriés d’Indochine constituera un véritable débouché pour les marchands ambulants et paysans qui y font commerce avec autorisation officielle. Les camionnettes des commerçants stationnent régulièrement à l’entrée du CAFI. En 1957 ils ne sont pas moins de 18 à obtenir l’accord du directeur (qui en refusera autant) : charcutiers, poissonniers, maraichers, volailles, textiles, etc. Les conditions pour être acceptés : « que les produits soient frais, de bonne qualité et à prix raisonnables ». Un parking et des box sont aménagés. Les enfants ne sont pas oubliés. Certains se souviennent encore de l’estafette de « Madame Carambar ». En 1969, M. Delbreil, d’Agen, demande l’autorisation d’installer un salon de coiffure mixte au centre. Il en a l’autorisation, mais pas pour se loger.


Les représentants

Certains rapports font état de marchands ambulants (électro-ménager) qui doivent obtenir l’autorisation de faire du porte à porte dans le centre.
On signale aussi des stocks d’épicerie dans certains logements, stocks suffisamment volumineux pour présager d’un commerce illicite.
Toute cette activité engendre dénonciations et contestations y compris quant à la circulation des véhicules dans le centre.


Le commerce de plats asiatiques s’installe assez rapidement parmi les résidents, d’abord informel, puis officiel. Un couple de rapatriés, Thi Dinh et Jean-Baptiste Gontran proposent dès 1956 du pâté de soja, fabriqué maison et transporté le matin tôt dans une charrette à bras dans les ruelles du centre d’accueil. Puis, le couple ouvre un petit local où ils vendent d’autres produits asiatiques venus de Paris, mais aussi de l’épicerie et des produits frais. En 1961, la première véritable épicerie ouvre au CAFI : le riz et les fruits proviennent de Thaïlande, les sauces de Chine, une partie des légumes du petit jardin d’un des résidents, puis du maraîcher situé en face du CAFI. D’autres résidents s’essaient également au commerce, telle « Mme Ali » qui ouvre elle aussi, à la fin des années 1950, une petite épicerie à proximité de celle des Gontran et qui deviendra le commerce « Le Saïgon ». Après la fin de l’embargo américain en 1994, le commerce se développe encore avec l’ouverture des échanges avec le Viêtnam.
La clientèle fidèle des résidents trouve ainsi tous les produits nécessaires à confectionner une cuisine vietnamienne. La réputation des commerces est telle que les clients de l’extérieur constitueront au fil du temps une clientèle non négligeable qui apprécie l’ambiance exotique du CAFI. « Aller faire ses courses au CAFI, c’est un peu comme être au Viêtnam ».
Le commerce de produits asiatiques se développa au sein du CAFI, mais aussi à l’extérieur. Les produits et la cuisine asiatiques furent rapidement appréciés et adoptés par une clientèle élargie au département qui découvrit plus tôt qu’ailleurs en France, les saveurs asiatiques. Cet engouement encouragea des résidents du CAFI à ouvrir des restaurants et des boutiques de traiteurs à Sainte-Livrade mais aussi à Villeneuve-sur-Lot et Agen.
Un autre commerce existe en parallèle, plus informel, plus modeste, à la mode vietnamienne. Ce sont quelques femmes, bonnes cuisinières, qui proposent certains jours, pour une somme modique, des plats à emporter ou une petite restauration à leur domicile: pho, nems, bun chà, etc. Là, pas d’enseigne, c’est le bouche à oreille qui fonctionne.


L’école

Dès Octobre 1956, une dizaine de classes sont ouvertes à Sainte-Livrade (et huit à Bias) pour recevoir les 650 enfants, de la maternelle à la fin de l’élémentaire. Pour les instituteurs, une nomination au CAFI n’était pas toujours bien vécue. Certains acceptaient de loger sur place, d’autres étaient hébergés en ville.
Pour les cinq sections du primaire, cours préparatoire, élémentaire et moyen, des classes furent aménagées dans les baraquements du centre. Cette école du camp fut un moyen de remédier à l’impossibilité d’assurer une telle augmentation d’effectifs dans l’école du village. Elle permit également, sur un plan psychologique, de ne pas éloigner les enfants de leur habitat et de leurs familles, ce qui limitait les traumatismes d’une transplantation déjà brutale.
De 1958 à 1968, la majorité les enfants des rapatriés d’Indochine effectuèrent leur scolarité primaire à « l’école du camp ». Quelques enfants fréquentèrent les écoles de la ville, l’école publique mais aussi l’école privée Sainte-Marie. 80 filles y furent inscrites la première année. Cet afflux inattendu d’élèves provoqua des tensions parmi la population locale.

L’intégration scolaire en ville a pu se faire grâce à la construction d’une seconde école communale en 1965. La fermeture des classes du camp fut progressive. En 1968, il ne restait dans le centre que deux classes de maternelle.

Dans les premières années de fonctionnement du centre, après l’enseignement primaire, les enfants étaient assez « facilement » orientés vers des formations courtes (centres d’apprentissage), pour des métiers manuels, couture, dactylo pour les filles, bâtiments pour les garçons. Les choses changèrent peu à peu. Durant quelques années, les enfants furent suivis par un chargé d’orientation pour les Français rapatriés d’Indochine, M. Laurent Iwanesko.

Témoignage du prêtre de Ste Livrade le père Le Tonkès qui arriva en 1958 à Ste-Livrade :

« Quand ils sont arrivés (les rapatriés d’Indochine) ils ont tous envahi l’école libre. L’école était submergée par les Eurasiens. Pas à l’école laïque, parce que comme ils étaient catholiques, l’aumônier les a peut-être poussés….Je n’y étais pas à cette époque mais ce que je sais c’est qu’ils ont submergé l’école libre. Il y avait tellement de Chinois que finalement, c’est les Français qui sont partis et quand je suis arrivé, il n’y avait plus ni Chinois, ni Français finalement ! »

 

Puzzle CAFI

Quizz Le CAFI

© CAFI histoires et mémoires, 2020 Développé par création Internet Aquitaine - propulsé par Joomla!